default_mobilelogo

Cookies

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. En savoir plus

J'ai compris

Utilisations des cookies sur le site web bruxelles-royal-yacht-club.be (BRYC)

Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site utilise des cookies.

Les cookies sont de petits fichiers textes que le serveur d'un site web stocke temporairement sur votre ordinateur ou appareil via votre navigateur. Les cookies remplissent toutes sortes de fonctions : permettre au site web de se souvenir des préférences des visiteurs, collecter des données statistiques, adapter le contenu et/ou le matériel publicitaire à l'utilisateur, etc.

Différents types de cookies sont utilisés sur les sites web du BRYC.

Cookies obligatoires et techniques :

Ces cookies sont requis pour l'utilisation de certaines parties de nos sites web. Par exemple, ils vous permettent de naviguer entre les différentes parties du site et de remplir des formulaires. Si vous refusez ces cookies, certaines parties du site ne fonctionneront pas ou ne fonctionneront pas de manière optimale. Ces cookies nous permettent de collecter des informations sur l'utilisation de notre site web afin d'améliorer le contenu et les performances de nos sites web.

Cookies fonctionnels :

Les cookies fonctionnels facilitent le fonctionnement de nos sites web, favorisent une meilleure navigation de nos visiteurs et les rendent plus conviviaux. Par exemple, ces cookies peuvent se souvenir de votre choix de langue, ou si vous remplissez un formulaire, la prochaine fois que vous l'accédez, certains champs seront automatiquement complétés.

Cookies publicitaires :

Cookies Google Analytics : BRYC utilise des cookies Google Analytics pour analyser l'usage du site web. Les informations générées par le cookie concernant votre utilisation du site web (en ce compris votre adresse IP) seront transmises à Google. Google utilisera ces informations afin d'évaluer votre utilisation du site web, d'établir des rapports sur l'activité du site web à destination des opérateurs du site web. Google peut également transmettre ces informations à des parties tierces si la loi l'y contraint, ou si lesdites tierces parties traitent l'information pour le compte de Google.

Autoriser ou bloquer les cookies ?

La plupart des navigateurs internet sont automatiquement configurés pour accepter les cookies. Cependant, vous pouvez configurer votre navigateur afin d’accepter ou de bloquer les cookies. Le BRYC ne peut cependant vous garantir l’accès à tous les services de son site internet en cas de refus d’enregistrement de cookies.Pour plus d’informations sur le traitement de vos données à caractère personnel sur notre site  consultez notre politique de confidentialité.

À tout moment, vous pouvez bloquer l’utilisation des cookies avec votre navigateur. Tous les navigateurs vous permettent d'administrer les cookies qui sont installés sur votre ordinateur ou votre appareil. Veuillez noter que faire bloquer des cookies par le navigateur n'aura aucun effet sur les cookies qui auraient été installés précédemment sur votre ordinateur. Si vous souhaitez désactiver ces derniers, vous devrez les supprimer.

Pour plus d'informations, consultez les paramètres de configuration de votre navigateur internet. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir notamment quels cookies ont été déposés et comment les administrer et les supprimer, rendez-vous sur : http://www.allaboutcookies.org/.

Vous pouvez aussi choisir de désactiver tout ou partie des cookies publicitaires déposés sur votre ordinateur :http://www.networkadvertising.org/ ou  http://www.youronlinechoices.com/.

Enfin, si vous ne souhaitez pas recevoir d'annonces en fonction de votre comportement de navigation, vous pouvez modifier les paramètres de Google Ads Preference Manager. Google vous recommande également d'installer le module complémentaire de navigateur Google Analytics Opt-out Browser Add-on.

Plus d’info

Plus d’info sur le blocage des cookies en fonction des navigateurs :

  •  Internet Explorer
  •  Google Chrome
  •  Mozilla Firefox
  •  Safari
  •  Adobe Flash Player

(non, Jean Le Cam n’est pas un héros)

 Un article de Didier Putzeys, extrait du BRYC Magazine 197 

Image Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

Le Vendée Globe connaîtra probablement son vainqueur à l’heure où vous lirez ces lignes. Pour beaucoup, et à juste titre, le vainqueur n’est pas celui qui franchit la ligne en premier même si son mérite est immense. 

Le grand gagnant de cette course mythique est en effet connu depuis deux mois : Jean Le Cam.

Novembre 2020, PRB, le bateau de Kevin Escoffier, se brise en deux, ne laissant au concurrent du Vendée Globe que quelques minutes pour ramasser l’essentiel, déclencher son signal de détresse, enfiler sa combi de survie et embarquer dans son radeau.  Il aura juste le temps d’envoyer un message à son équipe à terre : "je coule, ce n'est pas une blague". 

Bien au chaud dans nos pantoufles, nous ne pouvons imaginer la peur qui a dû envahir ce skipper professionnel, telle l’eau qui s’engouffre dans son bateau et l’entraîne par le fond en quelques minutes.

Jean Le Cam, navigateur exceptionnel (en plus d’être doté d’un grand sens de l’humour) est dans le coin et se déroute pour porter assistance à son compagnon d’infortune. Le dénouement est heureux et ravit les médias, les réseaux sociaux grouillent, le peuple a son héros.

Les concurrents des courses en solitaire sont les héros de ce siècle, même s’ils sont conscients de leurs limites et des dangers de la mer. (Les marins-pêcheurs, les mécaniciens en fond de cale, les plongeurs professionnels en Mer du Nord aussi mais ce genre d’exploit semble moins attirer les foules…). 

La médiatisation de la course au large s’accompagne aussi de commentaires parfois naïfs sur les évènements. De nombreux internautes découvrent la course au large avant de connaître la mer et ses règles. Le naufrage de Kévin Escoffier et son sauvetage brillamment géré par Jean le Cam ont donné au VG ses lettres de noblesse : le plus beau geste marin, l’illustration de la solidarité en mer et l’issue heureuse, le tout filmé, commenté, « liké »…

On en oublie que le sauvetage entre marins n’est pas exceptionnel : qu’il s’agisse du VG, de bien d’autres courses (ainsi, lors de la Golden Globe Race de 2018, Susie Goodall a été repêchée in extremis par un cargo au large du Chili). 

En réalité, le sauvetage en mer n’est pas un geste humanitaire, c’est une obligation. A l’origine de ce devoir, La grande ordonnance de la marine d'août 1681, aussi appelée code de la marine ou simplement ordonnance royale de 1681, dite aussi Ordonnance de Colbert, rédigée sous le règne de Louis XIV.

L’ordonnance de la marine imposait à quiconque voyant des personnes en danger de naufrage de faire route pour les secourir. 

Mais si on s’inquiète des naufragés, c'est d’abord parce que l’on a voulu sécuriser … les biens et les marchandises, c’est-à-dire d’abord combattre les pillages, véritable fléau à l’origine du devoir de secours en mer. Le chapitre consacré aux naufrages, bris et échouements comprend de nombreux articles qui règlent précisément les procédures, les compétences et les sanctions, les navires et les équipages étant désormais placés sous la protection du roi. Clairement, on se préoccupe donc davantage des marchandises et des cargaisons que des hommes même si un article y fait référence. 

Le devoir de secours est moral, il faut aider son prochain mais celui qui l’ignore ne connaîtra pas de sanctions en cas de non-assistance. En revanche, la peine de mort est prévue pour ceux qui auraient intenté volontairement à la vie ou aux biens des naufragés. Et si le naufrage a été provoqué, c’est encore bien plus sévère : le dernier article du chapitre stipule ainsi que « ceux qui allument la nuit des feux trompeurs pour y attirer et faire perdre les navires seront aussi punis de mort et leurs corps attachés à un mât planté au lieu où ils auront fait les feux ».

L’obligation de prêter main-forte au bâtiment en détresse est née de l’interdiction de le piller (les populations littorales médiévales considéraient les biens naufragés comme dons du ciel, qui leur revenaient de droit, d’où la tentation de provoquer les naufrages… Il a donc fallu légiférer.

Porter assistance au navire en détresse est une obligation tellement universelle qu’elle s’applique en temps de guerre avec la même vigueur : on commence par couler le navire adverse mais on est obligé d’en recueillir l’équipage. Aujourd’hui, le devoir de secours est réservé aux personnes et non aux biens. Ce devoir s’applique à toute personne ayant capté le message de détresse : ici, l’équipe de PRB, à terre, a capté le SMS ou WhatsApp du malheureux Escoffier….avant même le déclenchement de la balise de détresse et l’organisation des secours. 

Ainsi, pour rebondir sur une autre actualité dramatique, le capitaine d’un navire errant en Méditerranée pour secourir les migrants, n’est pas concerné par cette obligation car le texte de loi parle de « personne trouvée en mer »,  …pas de la personne que l’on cherche à secourir car elle se trouve en mer. On apprécie la nuance. 

Aujourd’hui la non-assistance est punie d’une amende (salée, jusqu’à 75.000€ ) et d’un emprisonnement subsidiaire (5 ans) mais, curieusement, le délit de non-assistance à personne en danger est puni plus sévèrement à terre qu’en mer.

Revenons à Jean Le Cam : avoir récupéré Kevin Escoffier n’ouvre aucun droit à récompense ou rémunération quand le sauvetage ne concerne que la personne humaine ; si PRB avait été remorqué par Yes We Cam, la situation eut été différente. Allons plus loin : lorsque la frégate de la Marine française s’est déroutée pour récupérer Kevin, cette opération est entièrement à charge de l’Etat, au titre de l’intérêt général. 

Pour ceux que le droit intéresse, la Convention de Genève sur la haute mer du 29 avril 1958, prévoit l’obligation internationale de prêter assistance à tout navire en danger, ensuite étendue à l’obligation de prêter assistance par une convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer dite Convention SOLAS en 1974.  Ainsi, le capitaine de navire qui reçoit une information indiquant la présence de personnes en détresse en mer est tenu de se porter « à toute vitesse » à leur secours. Cette obligation sera reprise à la Convention des Nations unies sur le Droit de la mer du 10 décembre 1982 dite Convention de Montego Bay.


Ce sauvetage restera un beau geste, et Jean le Cam est avant tout un grand marin au parcours élogieux qui sillonne les océans depuis 40 ans. Jean le Cam a lui-même été sauvé de telle manière, par Vincent Riou sur l'édition du VG 2008/2009.  

Mais n’en faisons pas un héros. 

Didier Putzeys

Professeur à la Brussels Sailing Academy

Avocat.


pour le BRYC Magazine 197  parcourir tous les BRY MAGazines

facebook Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG twitter Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG linkedin Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

BRUXELLES ROYAL YACHT CLUB 

Chaussée de Vilvorde, 1 1020 Bruxelles - Belgique - Email: info@bruxelles-royal-yacht-club.be Secrétariat: +32(0)2 2164828 - GSM: +32 (0)475 58 57 07

Banque: BE49 210-0173261-71 – BIC: GEBABEBB  - TVA BE 0409.279.523 RPM Bruxelles 

Club House: +32(0)2 2410987
Mardi : Bar 11h30 > 23h30, Cuisine 12h > 14h & 18h30 > 22h
Mercredi : Bar 11h30 > 23h30, Cuisine 12h > 14h & 18h30 > 22h
Jeudi : Bar 11h30 > 23h30, Cuisine 12h > 14h & 18h30 > 22h
Vendredi : Bar 11h30 > 23h30, Cuisine 12h > 14h & 18h30 > 22h
Samedi : Bar 11h30 > 23h30, Cuisine 12h > 14h & 18h30 > 22h
Dimanche : Bar 11h30 > 16h, Cuisine 12h > 14h 
Lundi : Fermé

Capitaine du Port: +32 (0)473 84 92 97 ( fermé dimanche et lundi)

 

Des sponsors dont nous sommes fiers - Sponsors waar we trots op zijn

 

FB Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  BRYC-LinkedIn Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  Logo-BXL-115 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  bryc-PortDeBruxelles Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  bryc-RegionBruxellesCapitale Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  BRYC-FFYB Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  Bryc-YACHTIRIS-136 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  Bryc-USHIP Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

Bryc-PLAISANCE-240 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  BRYC-YachtingSud Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  

BRYC-HOTEL-NIVELLES-SUD-260 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG BRYC-Huysman-M Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

 BRYC-BBS-3-260 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG   logoCopyBuro-65 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

 BRYC-Logo-Assurance-Alain-Taminiau-65 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  BRYC-Logo-NTSA Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  

Mauroit-Mini2 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  BRYC-Logo-Prodetec-260-65 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG

 optic-mini-2 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG  Videt-Mini1 Bruxelles Royal Yacht Club - Sauvetage de Kevin Escoffier au VG